IMG_FAMILLE_PNHN

Rapport global de la première mission du Projet « Gestion Participative de la Biodiversité du Parc National du Haut Niger »

Contexte de la Mission :

L’État guinéen s’est approprié les aires protégées dans leur contexte contemporain seulement à partir des années 1984, et a progressivement mis en place de nouveaux dispositifs (législatif et institutionnel) de gestion.

Avec l’appui des bailleurs de fonds, il a mis en place plusieurs catégories d’aires protégées (parcs nationaux, réserves de biosphère, aires protégées transfrontalières, zone de conservation) dont la gestion qui se veut participative en associant les populations locales, soufre aujourd’hui essentiellement du manque de financements associé à l’insuffisance de la logistique nécessaire à une gestion opérationnelle et efficace. 

L’étude du cas du Parc National du Haut Niger (PNHN) révèle que, malgré la reconnaissance et la prise en compte du rôle des communautés traditionnelles (Waton), les populations locales adhèrent à la gestion participative sans grande conviction. Les structures publiques associées à cette gestion ne disposent pas de moyens suffisants pour intervenir de manière efficiente. L’exemple du PHNN illustre l’écart entre le discours dominant qui prône la gestion intégrée des aires protégées et les difficultés de l’État à mettre en œuvre une gestion participative.

Ces difficultés ne devraient pas pour autant conduire à une remise en cause de la gestion participative, car nos observations et nos enquêtes suggèrent que la stratégie peut fonctionner et faire la preuve de son efficacité si des efforts sont entrepris dans l’appui au développement communautaire et dans la création d’activités génératrices de revenus pour les populations traditionnelles qui mettent leurs savoirs au service de la gestion des aires protégées.

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet « Gestion Participative de la Biodiversité du Parc National du Haut Niger » financé par Stichting Otterfonds. Trois activités principales étaient prévues à savoir :

  • Organiser une Assemblée Annuelle entre le PNHN et les villages riverains pour discuter de la problématique de Gestion du PNHN.
  • Faire la cartographie des acteurs à prendre en compte dans la gestion du PNHN.
  • Aménager trois périmètres maraichers en soutien au GIE bénéficiaire des fils de fer barbelés du projet PPI5 et appuyer ces GIE en termes de semences améliorée.

Pour ce faire, dans la réalisation de ces activités, une équipe de missionnaires composée des cadres de l’ONG-GT2050 et des agents du PNHN sont mandatés par la coordination, dans la zone du projet à la date du 09 mai 2023, à la cité du PNHN.

La mission s’est déroulée sur trois activités à savoir :

  • La première activité : Organiser une Assemblée Annuelle entre le PNHN et les villages riverains pour discuter de la problématique de Gestion du PNHN.
  • La deuxième activité : Faire la cartographie des acteurs à prendre en compte dans la gestion du PNHN.
  • La troisième activité : Aménager trois périmètres maraichers en soutien au GIE bénéficiaire des fils de fer barbelés du projet PPI5 et appuyer ces GIE en termes de semences améliorées et équipements.

JUSTIFICATION DE LA MISSION :

La biodiversité guinéenne occupe des espaces convoités par différents acteurs de la société pour différents types d’usage et sont donc des centres d’intérêt locaux, nationaux et internationaux.

Aussi fit-elle couramment l’objet de menaces diverses telles que : le braconnage, la destruction délibérée, l’extraction minière, etc. Toutes ces pressions représentent des défis à relever.

L’intérêt accordé à la conservation se manifeste par les pratiques « traditionnelles » de conservation dans le respect des coutumes ancestrales d’une part, par les actions de conservation et de recherche que mènent différents acteurs et organisations gouvernementales ou non gouvernementales nationales et internationales d’autre part.

Les enjeux socio-économiques et environnementaux nécessitent un dialogue entre les multiples acteurs pour sa gestion. D’où le projet intitulé « Gestion Participative de la Biodiversité du Parc National du Haut Niger ». Le projet est initié à travers un partenariat financé par Stichting Otterfonds.

Ce projet a pour objectif principal de contribuer à la gestion durable des ressources forestières du Parc National du Haut Niger (PNHN) à travers une gestion participative par les collectivités locales, appuyée par les Comités Villageois de Gestion (CVG), l’Unité de Conservation (UC), les Groupements d’Intérêts Économiques (GIE) et les écoles environnantes du Parc du Haut Niger.

Il permettra entre autres : de redynamiser le partenariat gagnant-gagnant entre les communautés et les services techniques de l’environnement et aussi de motiver l’implication des acteurs du secteur privé, qui, à travers l’écotourisme, pourront à la longue aider à diversifier les activités génératrices de revenus des populations tout en respectant l’intégrité du Parc.

Le projet a trois objectifs spécifiques, à savoir :

  • Développer un cadre structurel des communautés de Gestion villageoise par l’appropriation des Outils de Planification locale ;
  • Renforcer la conservation de la Biodiversité par la création et la mise à disposition d’outils participatifs de gestion communautaire ;

Responsabiliser les acteurs communautaires pour un développement d’activités économiques adapté aux enjeux du Parc.

Au début du projet, l’adhésion de la population est nécessaire pour identifier et comprendre les actifs et les besoins des populations locales dans la zone du projet.

C’est ce qui justifie toutes ces différentes missions dont les objectifs, le déroulement et les résultats sont en grandes lignes présentées dans les rapports techniques et financiers fournis au PPI/CF-UICN/FEEM.

OBJECTIFS DE LA MISSION

  • Objectifs globaux

La mission a trois objectifs globaux :  

Obj1 : Organiser une Assemblée générale entre le PNHN et les villages riverains pour discuter de la problématique de Gestion du PNHN.

Obj2 : Faire la cartographie des acteurs à prendre en compte dans la gestion du PNHN.

Obj3 : Aménager trois périmètres maraichers en soutien au GIE bénéficiaire des fils de fer barbelés du projet PPI5 et appuyer ces GIE en termes de semences, améliorée et équipement.

  • Objectifs spécifiques

Obs1 : Comprendre les problématiques de gestion du PNHN ;

Obs2 : Identifier les acteurs concernés par la gestion PNHN

Obs3 : Cartographier les GIE et leurs besoins ;

Obs4 : Aménager trois périmètres maraichers ;

ACTIVITÉS DE LA MISSION

Pour atteindre les buts de la mission, les activités ont été réalisées à savoir :

  • Élaborer un terme de référence des activités ;
  • Organiser une assemblée générale ;
  • Inviter les cadres, les élus locaux et la communauté riveraine pour une rencontre d’échange et des propositions pour la gestion du PNHN ;
  • Cartographier, dans les sept villages ciblés par le projet, des acteurs et GIE pour la gestion du parc ;
  • Identifier les besoins de chaque GIE ;
  • Choisir trois périmètres maraichers pour les accompagner en équipements et en semences.
  • Organiser une cérémonie de remise des semences et des équipements aux GIE choisis.

Ci-joint le rapport complet de la mission. 

RAPPORT GLOBAL DE LA MISSION A FARANAH final

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published.

RÉSOLVEZ CETTE OPÉRATION POUR CONTINUER *Captcha loading...

Send this to a friend